WeChat Pay, Android Pay, Grab… La prochaine révolution monétaire est asiatique et mobile

Auteure : Margaux Plurien, diplômée du Master 2 ASIOC (2018). Elle est actuellement account manager dans une entreprise de conseil international à Kuala Lumpur, en Malaisie. Son poste l’amène à travailler sur les nouvelles technologies bancaires.


 

C’est un début de soirée comme les autres dans le quartier huppé de Dongzhimen, à Pékin. Le personnel des ambassades croise les employés de grands groupes internationaux sur les trottoirs, se rencontrant au détour d’une supérette de quartier ou d’une étale illégale proposant fruits et autres xiaochi (小吃, snacks ou « petites choses à manger »). Partout, de la caissière d’une enseigne reconnue au cuisinier établi en bord de route, on observe les mêmes signes étranges que les clients scannent avec leur téléphone portable : les QR codes.

La technologie des codes QR a failli être mort-née mais a été sauvée par leur application aux paiements. Adoptée en 2011 par Ant Financial pour AliPay et en 2013 par Tencent pour Wechat, elle est désormais omniprésente en Chine.

Android Pay, Apple Pay ou Samsung Pay fonctionnent via la technologie NFC ou Near Filed communication. Bien qu’en circulation depuis de nombreuses années, celle-ci comporte deux obstacles majeurs à son implémentation en Asie. Tout d’abord, seuls les smartphones les plus récents équipés de cette technologie, peuvent être utilisés, ce qui signifie que ce moyen de paiement est réservé pour le moment à une élite économique. Secondement, du point de vue de l’infrastructure cela requiert les magasins d’être équipés de bornes de paiement sans contact : celles-ci ont déjà été installées dans de nombreuses grandes chaînes de magasin, permettant aux clients de payer avec leur carte de bancaire « sans contact ». Cependant les bornes doivent avoir été mises à jour et les employés formés à accepter ce type de paiement. De plus, il ne s’agit pour le moment que des grandes chaînes pouvant se permettre d’équiper leurs magasins, impossible de payer en NFC votre bol de nouilles sautées au stand en bas de chez vous.

Des applications de taxis aux portemonnaies virtuels

Les pays scandinaves sont les leaders mondiaux des transactions monétaires virtuelles [1]et les transactions utilisant de l’argent physique ne représenterait que 2% en valeur, des transactions totales. Cependant, la Scandinavie, si est-elle une région particulièrement développée, ne représente qu’une infime fraction de la population mondiale. De telles avancées ont un effet réduit, alors qu’un mouvement asiatique peut avoir l’effet d’un tsunami.

Si WeChat et AliPay règnent sur la Chine, le marché de l’Asie du Sud Est est devenu depuis quelques années le terrain d’une bataille acharnée. Des entreprises américaines telles que Google et Apple doivent faire face aux nouveaux prototypes des géants asiatiques Samsung et Ali Baba alors que les entreprises locales font de la résistance. En jeu, une population de plus de 4 milliards personnes.

C’est d’ailleurs l’un des aspects les plus intéressants : le succès de WeChat n’est pas seulement dû à l’aspect pratique de la technologie QR code, il n’a été rendu possible avant tout que parce que l’application est présente sur la majorité des téléphones portables chinois. C’est en partant de cette analyse que des entreprises telle que Grab en Malaisie ou GoJeck en Indonésie tentent de se diversifier en se lançant dans le marché du porte-monnaie électronique.

Quiconque ayant vécu en Malaisie ou en Indonésie reconnaît rapidement que sans voiture, les déplacements sont extrêmement limités. Les transports publics sont en plein développement mais ne recouvrent encore qu’une faible portion du tissu urbain. Que ce soit pour les sorties, se rendre au travail ou déposer ses enfants à l’école, nombreux sont ceux recourant régulièrement à des applications de taxis ou de transports particuliers. Bâtis sur le même modèle que Uber, Grab et GoJeck sont néanmoins plus populaires car proposant des prix plus attractifs. De plus, ils proposaient dès leurs débuts le paiement de la course en espèces, forçant Uber à se plier à ces coutumes locales. Fort de son succès, Grab proposent d’ores et déjà des promotions en association avec des grandes marques comme Coca-Cola ou Nestlé, associé à un système reproduisant les « miles aériennes ». Le vrai tournant a néanmoins été pris quand Grab a annoncé le lancement de son Grab Wallet : sans avoir à télécharger une nouvelle application, utilisant la carte bancaire déjà enregistré, vous pouvez faire vos achats aux mamak (stand de street-food) partenaires.

Les entreprises locales ont plusieurs avantages face aux géants : fortes d’une base de consommateurs loyaux et contrairement à Apple Pay ou Android Pay elles ne sont pas attachés à un modèle spécifique de téléphone dans des pays où l’on change pour ainsi dire, de téléphone comme de chemise.

Mais ce que ces acteurs n’ont pas su voir dans le succès du WeChat wallet, est sa capacité à atteindre des populations qui n’avaient jamais eu accès à un compte bancaire. Alors que la plupart des applications vous demandent de synchroniser votre carte de débit ou de crédit, le WeChat wallet vous permet de recevoir de l’argent sans être inscrit dans une banque. C’est une révolution pour la Chine, où 12% de la population n’a pas de compte bancaire[2]. Et le WeChat wallet permet à tous les petits travailleurs de rue de pouvoir effectuer des transactions mais aussi d’envoyer des fonds à leurs proches, sans transporter de fortes sommes. Auparavant, dès 2013, c’est le paiement par SMS qui avait à tout jamais changé l’économie du Somaliland.

Si ces entreprises n’intègrent pas cette option de paiement sans compte bancaire dans leur développement, elles excluront d’office une large frange de la population.

AliPay a déjà commencé à avancer ses pions en Asie du Sud Est. Par le rachat d’entreprises locales et en utilisant les touristes chinois de façon stratégique. En 2017 Alipay entre en Malaisie et signe un accord avec la chaîne de supérettes 7-Eleven : celle-ci accepte désormais les paiements par Alipay dans plusieurs pays. J’ai pu noter moi-même ce coup de force en remarquant les messages publicitaires en mandarin affichés dans plusieurs magasins. On peut facilement imaginer la joie des touristes de pouvoir effectuer des transactions sans frais et sans changer de monnaie pendant leur voyage.

Une révolution bancaire qui va changer le monde

Il ne s’agit pas seulement d’applications de paiement, mais également de la façon dont le monde bancaire est aujourd’hui organisé. Alors que les échanges internationaux s’accélèrent, étudier ou travailler à l’étranger est devenu presque commun. Au rythme de la croissance actuelle, d’ici 2025,75% de nos échanges pourrait se faire sans recours à l’argent physique. [3]

Avec de nouveaux moyens de paiement, viennent d’ores et déjà de nouvelles techniques de vols – vous pouvez dès aujourd’hui acheter des coques de téléphone portable doublées en aluminium.

Apple Pay est en tête des transactions pour les millenials et à Hong-Kong. Cependant, une analyse plus fine notera que les achats sur application passent obligatoirement par Apple Pay – cela ne signifie pas que cette application est la plus utilisée pour les achats de la vie quotidienne.

WeChat en Chine reste la plus grande révolution sociale lié à une nouvelle technique d’échanges monétaires et peut nous montrer la route à suivre … Ou à éviter. D’un côté, la possibilité de simplifier toutes nos petites transactions du quotidien. Il est désormais possible de voyager dans le métro pékinois muni uniquement de son téléphone portable.[4] Nous sommes prêts à beaucoup sacrifier au nom du confort et de la simplification – c’est le sujet de cet article du New York Times, qui analyse notre ère technologique sous le prisme d’un abus de confort – la “tyrannie de la commodité”. [5]

Alexandre de Tocqueville décrivait dans son ouvrage De la démocratie en Amérique, que selon ses observations, la population américaine était prête à renier ses libertés et son pouvoir de décision sur le gouvernement en échange d’une garantie de prospérité économique. Et si l’on se retrouvait en situation d’échanger notre confort contre l’accès à notre vie privée et nos informations personnelles?

Beaucoup ceux sont émus de la précision effrayante d’une supermarché inhabité ouvert par Amazon, qui suit vos mouvements et ne vous facture que les produits emportés, sans passage en caisse. En Chine, la centralisation et le suivi de vos informations bancaires ont permis de mettre au monde une technologie digne d’une dystopie : Zhima Credit (芝麻信用, Crédit Sésame), jouant sur le vocabulaire des Mille et une nuits d’où est issu l’entreprise Ali Baba.

Dans son article pour Wired “You are a number” (“vous êtes un numéro”), la journaliste Mara Hvistendahl détaille son expérience personnelle avec cette application qui vous promet des taux de crédit attractifs si vous vous soumettez à une analyse de vos achats, de votre profil professionnel et académique – mais aussi de votre cercle d’amis et vos tendances politiques. Le résultat est un nombre, compris entre 350 et 950. Si pour l’instant la participation est volontaire, le gouvernement chinois n’a jamais caché son ambition de définir un “score citoyen” permettant de séparer le grain de l’ivraie : la fréquentation sur les réseaux sociaux de certains de vos amis aux idées divergentes ou ayant un score plus bas pouvant faire désavantager votre profil, vous avez tout intérêt à revoir vos fréquentations.

Capture d’écrans de l’interface Sesame, 2017

L’Europe, à l’exception de la Scandinavie, est encore loin de tels extrêmes. Mais c’est une réalité émergente en Asie. D’un côté le confort, l’accessibilité à des échanges bancaires pour les plus pauvres. De l’autre, la possibilité d’une surveillance d’origine gouvernementale et/ou entreprenariale. La « cashless society », oui – mais à quel prix?


[1] The Guardian, par Jon Henley, 4 juin 2016 “Sweden leads the race to become cashless society “ https://www.theguardian.com/business/2016/jun/04/sweden-cashless-society-cards-phone-apps-leading-europe

[2] Banque mondiale, “Global Financial Inclusion Database” http://www.worldbank.org/en/programs/globalfindex

[3] Finance Magnates, novembre 2016 “The Future of Fintech”

https://www.financemagnates.com/fintech/bloggers/fintech-the-death-of-cash-and-bank-branches-but-a-boost-to-retail/

[4] Technode, “Beijing opens whole subway system to mobile phones”  https://technode.com/2017/08/15/now-beijingers-can-simply-tap-phone-get-subway/

[5] New York times, 16 février 2018 “The Tyrannie of convenience” https://www.nytimes.com/2018/02/16/opinion/sunday/tyranny-convenience.html

Séminaire Mémoires d’Indochine 2017-2018 : recensions d’ouvrages par les étudiant.es

Kao Kalia Yang : The Latehomecomer – Recension de Charlotte Colas

L’ouvrage The Latehomecomer de Kao Kalia Yang est publié en 2008 aux éditions Coffee House Press. L’auteure Hmong née au Laos obtient la nationalité américaine par naturalisation au cours des années 1990. Kao Kalia Yang est aujourd’hui professeure à l’université et écrivaine. Ce livre qui prend la forme d’une autobiographie familiale, collective, raconte l’histoire d’un clan Hmong depuis sa fuite du Laos jusque dans son intégration difficile aux États-Unis, dans l’État du Minnesota. Il n’est pas question de faire de l’histoire dans ce livre mais surtout de rendre visible la communauté hmong américaine et de lui donner une voix pour s’exprimer. Il s’agit d’un projet personnel sur lequel l’auteure a travaillé pendant près de quatre années.

Lire la suite : Mémoires d’Indochine

Réf. : Kao Kalia Yang, The Latehomecomer. A Hmong family memoir,Coffee House Press, 2008, réédité en 2017.


The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick (2017) : les vétérans prennent la parole – Recension de Manon Barret

Au terme de dix années de travail en collaboration avec sa coréalisatrice et productrice Lynn Novick, ce sont dix épisodes de récit en images de la guerre du Vietnam que nous propose le réalisateur Ken Burns. Avec ce projet ambitieux, 17 heures d’un documentaire à 30 millions de dollars fait d’interviews et de photographies1, Burns a voulu apporter sur les écrans un regard neuf sur le déroulement du conflit, qui tiendrait également compte du camp ennemi et de l’allié oublié du Sud. Cette fresque n’est pas exhaustive et exempte d’approximations historiques. Mais ce qu’il est important de comprendre est pourquoi le réalisateur veut rouvrir le dossier du Vietnam et confronter le public américain à cet épisode de son histoire et quel message il veut lui adresser.

Lire la suite : Mémoires d’Indochine

Réf. : The Vietnam War (fr :Vietnam), documentaire en 10 parties (9 pour la version internationale), 2017.

Réalisateurs : Ken Burns et Lynn Novick. Producteurs : Florentine Films, Weta, PBS en association avec ARTE France. Diffusé en Septembre 2017 sur Arte.


Claire Ly : de l’enfer au parcours spirituel, la confession d’une femme cambodgienne – Emmanuel Delaunay

L’auteure de ce récit, Claire Ly, est née en 1946 à Battambang, une ville située dans l’ouest du Cambodge et capitale de la province éponyme frontalière de la Thaïlande. Lors de l’arrivée des Khmers rouges, elle travaillait pour le ministère de l’Éducation nationale en tant que traductrice de manuels scolaires en français, après avoir été professeure de philosophie pendant quatre ans.

Entre avril 1975 et janvier 1979, elle est internée dans un camp de travail où, privée de sommeil et de nourriture, elle effectue des travaux de terrassement. En novembre 1975, elle y donne la vie à son second enfant. Après la chute du régime de Pol Pot et sa libération, elle émigre en 1980 en France avec ses enfants en tant que réfugiée politique.

De confession bouddhiste, elle se convertit au catholicisme en 1983 et s’investit dans la vie religieuse chrétienne, rencontrant le Pape François en 2016. Dans ce témoignage, elle fait part de son expérience humaine et spirituelle, de son itinéraire entre bouddhisme et christianisme.

Lire la suite : Mémoire d’Indochine

Réf.  : Claire Ly, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges, Paris, Éditions de l’Atelier / Les Éditions Ouvrières, 2002, 191 p. (rééditions en 2007 et 2014).


Hwang Sok-Yong : L’ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoi de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattu, c’est le 2ème plus gros bataillon défendant le Sud-Vietnam après les États-Unis.

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

Lire la suite : Mémoire d’Indochine

Réf. : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

Nouvel An Lunaire (5 mars 2018)

Comme chaque année, l’ENS de Lyon et l’Institut d’Asie Orientale (IAO) fêteront le nouvel an lunaire 農曆新年, placé cette année sous le signe du Chien.

Le lundi 5 mars 2018, de 16h30 à 22h, dans le théâtre Kantor (ENS de Lyon, site René Descartes), aura donc lieu une soirée cinéma sur le thème Asie et gastronomie.   Continuer la lecture de Nouvel An Lunaire (5 mars 2018)

Blog du Master « Asie Orientale Contemporaine » (ENS de Lyon | Sciences Po Lyon)