Chine: Yaodong, un habitat écologique ancestral et méconnu

Photographie de plusieurs kaoyashi yaodong (靠崖式窑洞), Shaanxi (陕西). Crédit: 百度地图.

Un savoir architectural traditionnel et futuriste ?

Environ quarante millions de chinois vivraient aujourd’hui dans des yaodong (窑洞), ou « trous en forme de four », bien que ce chiffre soit difficilement vérifiable [1]. Peu onéreux et simples à construire, les yaodong sont des habitats « troglodytiques » (ou « semi-troglodytiques »), aménagés sous terre ou directement creusés dans le flanc des montagnes. Construites depuis plusieurs millénaires dans le nord de la Chine, ces maisons ont retenu l’attention des scientifiques ces dernières années en raison de leur conception durable, et de propriétés thermiques leur permettant de rester chaudes en hiver et fraiches en été.

Photographie de plusieurs yaodong à Lijashan (李家山), Shanxi (山西). Crédit: 百度地图.

Des caractéristiques géographiques et climatiques idéales

Les yaodong sont répartis sur le plateau de Lœss (黃土高原), qui s’étend sur environ 640,000 km2 en Chine du Nord. Il s’agit d’une zone au climat semi-aride, constituée de dépôts de lœss apportés par la mousson hivernale en provenance du désert de Gobi. Ces dépôts stabilisent, entre autres, les températures intérieures de façon naturelle. On retrouve principalement ces maisons-grottes dans les provinces du Shaanxi, du Shanxi, du Gansu (甘肃省),du Henan (河南), ou encore dans la province autonome du Ningxia (宁夏). C’est donc dans un contexte climatique et géographique particulier que les yaodong ont été bâtis.

Carte réalisée à partir de diverses sources collectées en ligne. © Jérémie Klinge.

On peut distinguer aujourd’hui trois types de yaodong:

  • Les kaoyashi yaodong (靠崖式窑洞), ou « yaodong s’appuyant sur la paroi », sont des habitats troglodytiques. Ils sont creusés à même la paroi de lœss, au bord de rivières ou proches des replats des collines.
  • Les dulishi yaodong (独立式窑洞) et guoyao yaodong (箍窑), ou « yaodong indépendants », sont troglodytiques ou semi-troglodytiques. Ils prennent le nom du matériau avec lequel ils sont construits. On distingue par exemple les shi yaodong (« yaodong de pierre », 石窑洞) et les zhuan yaodong (« yaodong de brique », 砖窑洞) [2]. Aujourd’hui, du fait de l’enrichissement de la population, les yaodong de pierre, plus onéreux mais plus résistants, remplacent progressivement ceux construits à partir briques.
  • Les dikengyaodong (地坑窑洞), ou « yaodong creux », sont directement creusés autour d’une excavation servant de cour intérieure pour les différents habitats qui s’y trouveront [3].
Photographie de yaodong creux à Luoyang (洛阳), Henan. Crédit: Kevin Poh.

Un savoir-faire très ancien

Selon Gideon S. Golany (1928 – 1999), ancien professeur de l’Université de Pennsylvanie, les yaodong seraient apparus dès la dynastie des Xia (2205 AEC – 1767 AEC), et les méthodes de construction se seraient améliorées pendant les dynasties des Han (206 AEC – 220 EC), Sui (581 – 618) et Tang (618 – 907). Leur rythme de construction aurait cependant atteint son apogée sous les Ming (1368 – 1644) et les Qing (1644 – 1912) [4].

Les yaodong les plus célèbres sont probablement ceux construits aux alentours de la ville-préfecture de Yan’an (延安), considérée comme étant le lieu de naissance de la révolution communiste. Celle-ci a servi de quartier général pour les partisans de Mao Zedong entre 1935 et 1948. Le premier dirigeant de la République Populaire de Chine a notamment dirigé la zone sous contrôle du Parti Communiste Chinois depuis une cité troglodytique située dans l’ancienne ville de Bao’an (保安), à proximité de Yan’an.

Cité troglodytique de Yan’an, Shaanxi. Crédit: 百度地图.
Mao Zedong en 1938 écrivant depuis Yan’an, lieu de naissance de la révolution communiste. Crédit: 百度地图.

Un habitat écologique et de conception durable 

Caroline Bodolec, chercheure au CNRS et anthropologue spécialisée dans les techniques de construction en Chine impériale, a étudié ce savoir architectural ancien. Elle insiste particulièrement sur l’importance des conditions naturelles ainsi que des circonstances historiques dans l’apparition et le développement de celui-ci [5].

En effet, le plateau de Lœss manque de matériaux de construction tels que le bois ou la pierre. Cependant la couche de lœss est propice à l’isolation phonique et à la stabilité des températures en intérieur, ce qui permet de faire des économies d’énergie et de protéger l’environnement. Par ailleurs, en raison de l’influence du climat extérieur, la prévalence des maladies respiratoires telles que l’asthme ou la bronchite, mais également les rhumatismes ou les maladies de la peau est considérablement réduite, favorisant ainsi la longévité des personnes qui vivent dans des yaodong [6]. L’absence de combustibles naturels dans la région limite par ailleurs le risque d’incendies. Ces facteurs mis bout à bout ont favorisé le développement de ces habitats troglodytiques dans la région depuis plusieurs millénaires.

Intérieur d’un yaodong. Crédit: Tim Zachernuk.

Ces structures ne sont cependant pas exemptes de tout défaut. Dans les années 1990, le creusage de cavités en deçà du sol fut interdit en raison des risques d’effondrement et de la récurrence des tremblements de terre dans la région. Dorénavant, les structures en surface, autrement appelées yantu jianzhu (岩土建筑) devenaient les seules constructions autorisées [7]. Egalement, la lumière et la ventilation intérieure sont relativement faibles, du moins dans les structures traditionnelles.

Le projet pilote de Zaoyuan : quelles conséquences environnementales, économiques et sociales ?

Entre 1996 et 2001, un projet pilote a été mené dans le village de Zaoyuan, situé dans le district de Baota (宝塔区), à Yan’an. Quatre-vingt cinq yaodong y ont été aménagés, en mobilisant le savoir traditionnel et les méthodes d’architecture contemporaines. Certains yaodong à deux étages dotés de panneaux solaires ont ainsi été érigés. Le projet fut un succès, ce qui a mené à la construction de 1,200 logements similaires les années suivantes, sans compter ceux des sociétés immobilières privées.

Photographie des Yaodong du village de Zaoyuan (district de Baota, à Yan’an), aménagés dans le cadre du projet pilote de 1996 – 2001. Crédit: World habitat awards.

Ce projet fut particulièrement innovant à tous niveaux : d’un point de vue environnemental, l’utilisation de panneaux solaires a permis de réduire considérablement la consommation de charbon pour le chauffage, passant de 15kg/m2 (25 kg/m2 pour les logements en béton) à moins de 5kg/m2. Cela a également permis de réduire l’émission de CO2. D’un point de vue économique, malgré le manque de subventions, ces nouveaux logements demeurent deux fois moins chers par rapport aux appartements construits avec des matériaux et méthodes occidentales dans les villes voisines. L’impact social fut également important puisque les habitants du village ont été impliqués dans le processus de construction [8].

Un habitat menacé, des mentalités à changer ?

Depuis le début du 21e siècle, d’autres projets comparables ont vu le jour de la part d’ONG ou d’investisseurs privés. Le ministère du logement et du développement urbain et rural, ainsi que plusieurs chercheurs et architectes sont mobilisés pour étudier et perfectionner la conception de ces habitats à la fois traditionnels et modernes [9] [10].

Cependant, malgré les nombreux avantages liés à la construction innovante de yaodong, l’urbanisation rapide menace les traditions de construction autochtones. En effet, du fait de l’embourgeoisement de la population dans l’Est du pays, de nombreux ruraux sont insatisfaits de ce types de logements, et préfèrent opter pour des constructions bétonnées (et donc plus polluantes). De plus, les autorités locales incitent les habitants des yaodong à s’installer dans des appartements en ville, dans le cadre de la campagne anti-pauvreté menée par le gouvernement [11].

Dans le cadre de la campagne anti-pauvreté menée par Xi Jinping, de nombreux habitants sont incités à quitter leur yaodong. Source: Youtube (TRT World)

A l’heure de la crise climatique, penser l’habitat écologique de demain relève d’un véritable défi en Chine. En effet, le manque de volonté politique, et les envies d’ailleurs de la population rurale entraveraient la pérennité de ce type de logement. Peut-être serait-il plus pertinent de penser l’éco-habitat dans un contexte urbain ? Cela impliquerait en tout cas une prise de conscience préalable des enjeux environnementaux à grande échelle, et de l’importance du développement des habitats écologiques.

Les autorités chinoises sont censées organiser l’exode rural d’environ 100 millions d’habitants d’ici 2020, dans le cadre d’un programme d’urbanisation national. Crédit : Carlos Barria (Reuters).

Sources:

[1] JIAPING Liu, David WANG et Yang LIU. « An Instance of Critical Regionalism: New Yaodong Dwellings in North-Central China ». Traditional Dwellings and Settlements Review. 2002, vol. 13, n°2, p. 63–70.

[2] BODOLEC, Caroline. « Current Tendencies in Yaodong, Shaanbei ». In: Proceedings of the 8th conference of ACUUS (Association des Centres de Recherche sur l’Utilisation Urbaine du Sous-Sol). Xi’an, Chine, 27-30 septembre 1999, p. 232-242.

[3] WANG, Hui. Yaodong dikengyuan yingzao jiyi. China: Anhui Science and Technology Press, 2013.

[4] GOLANY, Gideon S. Chinese Earth-Sheltered Dwellings: Indigenous Lessons for Modern Urban Design. Honolulu: University of Hawaii Press, 1992. p. 5-7.

[5] BODOLEC, Caroline. L’architecture en voûte chinoise, un patrimoine méconnu. Paris : Maisonneuse & Larose, 2005.

[6] WANG Wei. Zhōngguó gǔdài jiànzhú. Shāndōng huàbào chūbǎn shè, 2014. p.102.

[7] Ibid., p. 51.

[8] « The New Generation of Yaodong Cave Dwellings, Loess Plateau ». In : World Habitat [en ligne] [consulté le 30 août 2019]. Disponible à l’adresse : https://www.world-habitat.org/world-habitat-awards/winners-and-finalists/the-new-generation-of-yaodong-cave-dwellings-loess-plateau/#award-content

[9] LIU Yu, Jing LI, Xiaojuan HAN, Jiaoli YAO et Yifei Zhang. « 194: A Field Investigation on the Energy-saving Technologies Used in the Village Housing in North China ». In : PLEA 2008 – 25th Conference on Passive and Low Energy Architecture. Dublin, Ireland, 22 – 24 October 2008, p. 1-6.

[10] CAO, Yonghe. The Renovation of Traditional Cave Housing in China – New Ecological Design for Old Yaodong. Thèse de doctorat : Building & Environment Science & Technology : Politecnico Milano : 2010-2012.

[11] CAMPBELL, Joseph. « Better off in a cave: Chinese count costs of apartments in anti-poverty campaign ». In : Reuters [en ligne] [consulté le 30 août 2019]. Disponible à l’adresse : https://www.reuters.com/article/us-china-poverty/better-off-in-a-cave-chinese-count-costs-of-apartments-in-anti-poverty-campaign-idUSKBN1IC0S8


Auteur: Titulaire du master ASIOC (recherche) depuis septembre 2018, Jérémie KLINGE enseigne actuellement les sciences sociales à l’école monastique de Phaung Daw Oo, à Mandalay (Myanmar).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.