Maquette et descriptifs des cours

Maquette pédagogique


Descriptifs des cours

  1. Cours obligatoires pour tous
    1. Séminaire de méthodologie : outils et application
    2. Cours de langue asiatique (au choix)
  2. Liste de séminaires au choix
    1. Inégalités en Asie de l’Est et du Sud-Est depuis les années 1920
    2. Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations locales
    3. Religion et politique au Tibet
    4. Sociologie chinoise et sociologie européenne : regards croisés
    5. Nouveaux enjeux géopolitiques en Asie : entre montée des rivalités et maintien d’une coopération régionale
    6. Civilisation chinoise et histoire de l’Etat chinois : de la royauté archaïque à l’Empire centralisé (-1000 à +220)
    7. Le milieu japonais — Nature, paysage, catastrophes, idéologie
    8. Global Taiwan: From Prehistory to the Present, how the island of Taiwan has inserted itself in each movement of globalization

Cours obligatoires pour tous

Séminaire de méthodologie : outils et application

Enseignant.e : Christine Cornet.

Ce séminaire aura d’abord pour objectif, à travers la présentation ou le rappel des divers outils à la disposition des sciences sociales,  appliqués aux études asiatiques lorsqu’il y a lieu, d’aider les étudiant·e·s à élaborer ou affiner la problématique et la méthodologie en vue de leur mémoire de M2. Une participation active des étudiant·e·s sera ensuite attendue pour la réalisation d’un travail collectif d’étude thématique mettant en pratique les acquis méthodologiques.

Christine Cornet est professeure en histoire contemporaine à Sciences Po Lyon. Après avoir publié plusieurs ouvrages sur l’histoire de Shanghai, elle concentre désormais ses recherches sur le maintien de l’ordre dans cette ville. Elle a été détachée auprès du Ministère des affaires étrangères et européennes (Ambassade de France à Pékin), puis chargée de mission Asie à l’Université Lumière Lyon 2 et directrice adjointe de l’Institut d’Asie Orientale. Elle est aujourd’hui responsable du Diplôme d’Etablissement sur le Monde Extrême-Oriental Contemporain (DEMEOC) de Sciences Po Lyon,  et directrice du master ASIOC.

↑ Haut de page

Cours de langue asiatique (au choix)

Chinois

Coréen

Japonais

↑ Haut de page


Liste de séminaire au choix

Quatre séminaires doivent être validés, au choix parmi les huit suivants. Ces cours sont également ouverts aux élèves et auditeurs de l’ENS de Lyon.

Inégalités en Asie de l’Est et du Sud-Est depuis les années 1920

Enseignant·e : Jean-Pascal Bassino.

Alors que les pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est ont connu des évolutions économiques et institutionnelles assez différentes depuis les années 1920, ils ont suivi des trajectoires assez similaires en matière d’évolution des inégalités personnelles et régionales de revenu. Celles-ci ont augmenté dans les années 1920 et 1930, puis ont été marquées par une tendance à la baisse jusque dans les années 1980, avant d’augmenter sensiblement ensuite. Le pourcentage de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté absolue (1 dollar par jour par personne, dans l’approche de la Banque Mondiale) a cependant continué à diminuer fortement. Il est désormais très faible et la pauvreté est devenu relative.  Dans l’ensemble des pays de la région, alors que les revenus des ménages les plus pauvres sont relativement bien connus, ceux des ménages les plus riches sont fortement sous-estimés. Cela pose donc des problèmes de mesure effective des inégalités.

Ce séminaire propose un examen des indicateurs mobilisables et des tendances de long terme, ainsi qu’une analyse des déterminants de l’évolution des inégalités, en particulier le rôle de l’ouverture et de la spécialisation internationale des économies, de la libéralisation financière et de la transformation des marchés du travail. Outre les inégalités personnelles et spatiales de revenu, l’étude portera sur l’évolution des inégalités de patrimoine et dans l’accès à l’éducation et la santé, ainsi que de rémunérations salariales entre les hommes et femmes depuis les années 1950. Le séminaire prendra également en compte la transmission intergénérationnelle des inégalités et la relation entre inégalités (personnelles et régionales) de revenu et de santé.

Références bibliographiques sur les inégalités (principalement de revenu) :

  • Alvaredo, F., Atkinson, A. B., Piketty, T., & Saez, E. (2013). « The top 1 percent in international and historical perspective ». The Journal of Economic Perspectives, 27(3), 3-20.
  • Atkinson, A. B., & Bourguignon, F. (2000). « Introduction: Income distribution and economics ». Handbook of income distribution, 1, 1-58.
  • Atkinson, A. B., Piketty, T., & Saez, E. (2011). « Top incomes in the long run of history ». Journal of economic literature, 49(1), 3-71.
  • Piketty, T. (2010). L’économie des inégalités. La Découverte.
  • Zucman, G. (2013). La richesse cachée des nations. Paris: Seuil.

↑ Haut de page

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations locales

Enseignant·e : François Guillemot.

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américain·e·s et les Vietnamien·ne·s exilé·e·s de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. Les Cambodgien·ne·s ont largement témoigné de leur vécu sous les Khmers Rouges. Les témoignages laotiens, plus rares, reviennent sur les importantes questions d’exil et d’identité. Néanmoins, à l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités post-coloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographies et « archives de soi »). Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des Etats-nations (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera ainsi appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays pour tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Ce séminaire dispose d’un blog-support, accessible ici.

↑ Haut de page

Religion et politique au Tibet

Enseignant·e : Fabienne Jagou.

En l’espace de quelques siècles, le passage d’un empire tibétain conquérant à une hiérocratie dépendante de puissances étrangères pour sa défense amena le Tibet à adopter un mode de gestion gouvernementale politico-religieux et une politique étrangère basée sur la relation dite de maître spirituel à protecteur laïc.

Ce séminaire propose de réfléchir sur les aspects théoriques (ses bases religieuses indiennes et tibétaines) et concrets (ses manifestations au Tibet et en Chine) de cette relation. Un cours fondamental présentera et analysera le mode de fonctionnement de cette relation de maître spirituel à protecteur laïc (du XIIIe au début du XXIe siècle) des points de vues historique et géopolitique. Il abordera la question de l’incidence de ce mode relationnel sur la détermination du statut du Tibet par les juristes et historiens contemporains et sur les efforts entrepris par le gouvernement tibétain en exil pour échapper à ce schéma traditionnel et s’organiser sur un mode démocratique à l’époque ultra-contemporaine.

Brève bibliographie du séminaire :

  • Anand, Dibyesh. 2007. Geopolitical Exotica, Tibet in Western Imagination. Minneapolis: University of Minnesota press. [Borderlines, 30].
  • Barnett, Robert & Akiner, Shirin (éds). 1994. Resistance and Reform in Tibet. Londres: Hurst and Company.
  • Bentz, Anne-Sophie. 2010. Les réfugiés tibétains en Inde. Paris : PUF.
  • Goldstein, Melvyn C. 1989. A History of Modern Tibet, 1913-1951, The Demise of the lamaist State. Berkeley: University of California Press.
  • Ruegg, David S. 1995. Ordre spirituel et ordre temporel dans la pensée bouddhique de l’Inde et du Tibet. Paris : Collège de France.

↑ Haut de page

Sociologie chinoise et sociologie européenne : regards croisés

Enseignant·e : Laurence Roulleau-Berger.

La sociologie chinoise est devenue une discipline phare du champ intellectuel au cours de la décennie 1980. L’abondance des productions scientifiques témoigne d’une dynamique intellectuelle forte qui produit une vraie originalité et de vraies spécificités liées à l’histoire de la pensée chinoise et à la complexité d’un contexte sociétal. Si, dans un premier temps, les influences des sociologies occidentales ont pu jouer sur les conditions de réinvention de la sociologie chinoise, la tendance risque de s’inverser dans les années à venir dans le champ international de la sociologie avec la refondation d’une discipline dans une société en grande transformation, très dynamique et vigoureuse.

En effet la sociologie chinoise prend réellement sa place dans le champ intellectuel chinois et international en construisant des théories, des postures et des méthodes qui viennent s’inscrire à côté, avec, voire contre des pensées occidentales. Aujourd’hui les sociologues chinoi·se·s élaborent une pensée propre dans une vraie diversité tout en réinterprétant, voire en sinisant des théories occidentales. Là où les sociologies européennes se sont construites à partir des couples fatals individualisme-holisme, objectivisme-subjectivisme, micro-macrosociologique, la sociologie chinoise ne se construit pas à partir d’une pensée binaire mais plutôt plurielle.

Nous mettrons en dialogue dans ce séminaire différentes problématiques sociologiques chinoises et européennes sur un ensemble choisi de thématiques (ville, travail, migrations, inégalités, société civile …) et regarderons quelles analyses proposent sociologues chinoi·se·s et sociologues européen·ne·s sur des objets de recherche qui lui apparaissent proches. Nous nous interrogerons sur les conditions de production des paradigmes dans les deux contextes sociétaux, sur la fabrication des savoirs et méthodes sociologiques.

Eléments bibliographiques :

  • L.Roulleau-Berger, 2011. Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, Editions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2011. 走出西方的社会学, traduction chinoise parue aux Social Sciences Academic Press 社会科学文献出版社(中国), 2014.
  • L.Roulleau-Berger and Li Peilin (eds), 2012. European and Chinese Sociologies: a new dialogue, Leiden, Boston, Singapour: Brill.
  • Li Peilin and L.Roulleau-Berger (eds), 2013. China’s Internal and International Migration, London & New-York: Routledge.
  • L. Roulleau-Berger, 2016. Post-Western Revolution in Sociology : from China to Europe, Leiden & Boston: Brill Publishers.
  • L.Roulleau-Berger, Yan Jun, 2017, Travail et Migration. Jeunesses chinoises à Paris et à Shanghai, éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2017.
  • Xie Lizhong and L.Roulleau-Berger (eds), 2017. 社会学知识的建构.后西方社会学的探索, La fabrique des savoirs sociologiques. Explorations dans la sociologie post-occidentale, paru en
    chinois aux Presses Universitaires de Pékin.

↑ Haut de page

Nouveaux enjeux géopolitiques en Asie : entre montée des rivalités et maintien d’une coopération régionale

Enseignant·e : Laurent Gédéon.

Le début des années 2010 a été marqué par la multiplication des sources de tensions en Asie dont les plus marquantes concernent l’espace maritime et sont porteuses de très forts enjeux géopolitiques. La Chine est impliquée à titres divers dans plusieurs de ces conflits, situation qui apparaît comme la conséquence logique de sa montée en puissance depuis plus d’une décennie. Puissance géopolitique majeure, la RPC doit dorénavant faire face à l’opposition de plus en plus affirmée de plusieurs acteurs régionaux qui contestent les prétentions, jugées menaçantes, de Pékin. Placés dans un dilemme de sécurité, ces derniers tendent à se prémunir de la menace chinoise en multipliant les achats d’armements avec pour objectif de réduire l’asymétrie des forces en présence. Ce contexte de méfiance a pour conséquence un accroissement de l’instabilité au niveau régional.

Ce séminaire visera à analyser la genèse de ces conflits, à évaluer les processus en cours, leurs évolutions possibles et à cerner les positionnements des acteurs ainsi que leurs revendications. Dans cette démarche on s’appuiera sur les différents documents et discours émis par les parties en présence. On s’intéressera également de manière parallèle aux dynamiques qui tendent à favoriser malgré tout la coopération régionale, qu’il s’agisse des relations économiques entretenues entre les Etats ou bien des mécanismes inter-étatiques de coopération régionale. Leur rôle ainsi que leur influence seront analysés et l’on s’interrogera sur leur capacité à maintenir un équilibre pacifique dans la région.

Bibliographie sommaire :

  • Gédéon, Laurent (2017). « Le TPP : construction économique ou instrument d’une rivalité géopolitique ? », in C. Tran et A. Pesses (dir.), L’Asie du Sud-Est 2017, Paris : Les Indes Savantes.
  • Gédéon, Laurent et Guillemot, François (2016). « Viêt Nam, une reprise en main stratégique », in F. Robinne et A. Pesses (dir.), L’Asie du Sud-Est 2016, Paris : Les Indes Savantes.
  • Gédéon, Laurent (2015). « Le Vietnam depuis le Đổi mới », in E. Frécon et A.Pautet (dir.), Asie de l’Est et du Sud-Est. De l’émergence à la puissance, Paris, éditions Ellipses.
  • Pelletier, Philippe (dir.)(2013), Géopolitique de l’Asie, Paris, Nathan (3e édition).
  • Chancel, Claude, Pielberg, Eric-Charles et Tellenne, Cédric (2005). L’Autre Monde. Géopolitique de l’Asie méridionale et orientale, Paris, PUF.

↑ Haut de page

Civilisation chinoise et histoire de l’Etat chinois : de la royauté archaïque à l’Empire centralisé (-1000 à +220)

Enseignant·e : Romain Graziani.

Le séminaire de cette année sera assuré en collaboration avec le professeur Garret Olberding, de l’université d’Oklahoma (quatre séances conjointes en anglais).

Il a pour objet d’introduire à la genèse et au développement de l’autorité politique en Chine depuis les formes archaïques d’organisation de la société à l’époque de la première grande dynastie historique (la dynastie des Shang) jusqu’à la création de l’état impérial par la dynastie conquérante des Qin à la fin du IIIe siècle avant notre ère, puis sous le grand empire des Han (de -208 à +220).

Nous étudierons les débats sur la conception de la souveraineté, les institutions civiles et militaires, les modes d’administration du territoire et de l’économie, ainsi que les formes de contrôle et de répression de la population, qui ont mené la Chine à un empire centralisé et bureaucratique. Au fil de ce parcours sur plus d’un millénaire, nous nous attacherons à identifier les paradigmes et les représentations fondatrices de la culture politique chinoise qui prévalent sur le temps long de l’histoire et auxquels le régime de Pékin aujourd’hui continue de se référer.

Eléments bibliographiques :

  • Loewe, Michael & Shaughnessy, Edward L. (eds.)(1998). The Cambridge History of China: From the origins of civilization to 221 BC, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Gernet, Jacques (2006). Le Monde chinois. Vol. 1 De l’âge de bronze au Moyen Âge, Paris.
  • Pines, Yuri (2009). Envisioning Eternal Empire: Chinese Political Thought of the Warring States Era. Honolulu: University of Hawai’i Press.
  • Lewis, Mark Edward (2007). The Early Chinese Empires. Qin and Han. Cambridge (Mass) & London: Belknap Press of Harvard University Press.

↑ Haut de page

Le milieu japonais — Nature, paysage, catastrophes, idéologie

Enseignant·e : Philippe Pelletier.

La nature japonaise frappe l’imagination par ses extrêmes, surtout pour des populations habituées au milieu tempéré. Les aléas naturels y sont en effet variés et destructeurs : séismes en premier lieu, mais aussi tsunami, volcanisme actif, typhons, inondations, éboulements et glissements de terrain, déluges au sud, coups de froid au nord, abondantes chutes de neige sur le littoral de la mer du Japon, vagues de sécheresse parfois… 

Placé géologiquement sur l’instable ceinture de feu du Pacifique et situé à des latitudes qui le soumettent climatiquement aux violences des tropiques ou bien aux coulées d’air polaire, l’archipel japonais est en effet confronté aux soubresauts de la nature. Mais ces manifestations sont cycliques, régulières et, en un sens, prévisibles, à l’exception majeure des séismes malgré les progrès de la sismographie. Les Japonai·se·s n’ont pas manqué de s’en prémunir depuis plusieurs siècles. Il ne s’agit pas d’une simple adaptation, réactive, plus ou moins passive, mais d’un processus de maîtrise technologique et sociétaire active, d’une culture cyndinique (de gestion du risque).

Cette dynamique séculaire d’aménagement intensif est un gage de développement économique. Elle s’épanouit avec excès au sein de l’actuel État keynésien, bâtisseur et bétonneur forcené, qui multiplie ouvrages d’art, infrastructures (ponts, tunnels, routes…) et équipements anti-érosion dont l’utilité réelle n’est pas toujours évidente. Le drame de Fukushima en a révélé la fragilité.

Bien que présents dans la mémoire collective, les aléas naturels n’ont pas structuré une philosophie centrée sur la catastrophe ou sur l’idée de punition divine, contrairement au péché chrétien sanctionné par le Déluge ou à l’Apocalypse annoncée comme la fin du monde. Ils s’insèrent dans une pensée du flux incessant des choses et des existences, dans un rapport à la vie et à la mort mêlé d’acceptation et de relativisme.

Le rapport à l’empereur lié à cette nature induit des positions idéologiques et politiques. La mésologie japonaise qui en résulte se lit dans les conceptions paysagères, l’esthétique et le rapport à l’animalité (singes, baleines…). 

Éléments bibliographiques :

  • Berque, Augustin (1986). Le sauvage et l’artifice – Les Japonais devant la nature. Paris : Gallimard, 322 p.
  • Berque, Augustin (2004). Le Sens de l’espace au Japon, vivre, penser, bâtir. Paris : Arguments, 232 p.
  • Pelletier, Philippe (2012) : « La Guerre de Fukushima ». Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, 146-147, p. 277-307.
  • Pelletier, Philippe (2012). Atlas du Japon. Après Fukushima, une société fragilisée. Paris : Autrement, Nouvelle édition augmentée, 100 p.
  • Pelletier, Philippe (2013). « De la guerre totale à la guerre de Fukushima ». Outre-Terre. Revue européenne de géopolitique, 35/36, p. 399-437.
  • Pelletier, Philippe (2015). La Fascination du Japon, idées reçues sur l’archipel japonais. Paris, Le Cavalier bleu, 298 p.

↑ Haut de page

Global Taiwan: From Prehistory to the Present, how the island of Taiwan has inserted itself in each movement of globalization.

Enseignant·e : Stéphane Corcuff.

Séance 1. Introduction : Notions of history and geopolitics.

Séance 2. Austronesian Taiwan : How Formosan Aborigenes have initiated one of the largest humanization process, from Madagascar to Hawaii.

Séance 3. Maritime Taiwan : How Taiwan has situated itself as pivotal on a regional and global trade route in the 17th century.

Séance 4. The geopolitics of the late 19th century : How Taiwan became a stake between Manchu China, Japan, Russia, France and the United States.

Séance 5. Free China? How Taiwan represented China on the world Stage, while it has never been formally a part of the Chinese state.

Séance 6. Liminal Taiwan : How Taiwan experiences a geopolitical liminality on the edge of maritime Asia.

Séance 7. Global Taiwan : How Taiwan studies went global and raised awareness of Taiwan globally.

↑ Haut de page

Blog du Master « Asie Orientale Contemporaine » (ENS de Lyon | Sciences Po Lyon)